Homélie 20 juin 2021   12ème dimanche du temps ordinaire

20 juin 2021   12ème dimanche du temps ordinaire   Année B

Job  38,1+8-11     Ps 106 (107)     2 Co 5, 14-17     Mc 4,35-41

par le père Jean Paul Cazes

Hier matin, grande fête : notre évêque a ordonné cinq prêtres pour le service de notre diocèse de Nanterre, dont Thibaud que vous connaissez. Ces cinq-là vont nous aider à « passer sur l’autre rive » comme dit Jésus.

Le sens global de notre évangile et de la première lecture porte, encore et encore, sur l’identité de Jésus : qui est-il celui-là pour que nous puissions croire en lui ? Qui est-il pour qu’il soit capable de menacer le vent et d’imposer silence à la mer ?

Vous savez que la mer, pour les Juifs, représente, symboliquement, le lieu du mal et du péché. Donc, si quelqu’un est capable de maîtriser la mer, c’est qu’il est capable de maîtriser le mal. Quand Jésus marche sur les eaux, il montre qu’il peut fouler le mal, le mettre sous ses pieds. Dans l’épisode d’aujourd’hui, il fait taire la tempête qui bousculait la barque des Apôtres. D’où leur question : « Qui est-il donc celui-ci ? » C’est la question centrale des évangiles. Les Juifs attendaient le Messie : serait-ce Jésus ?  Pouvons-nous croire en lui ? Dans l’évangile de Marc, plus que dans les trois autres, on perçoit cette difficulté de croire, difficulté qui ne sera finalement levée qu’au jour de la Pentecôte par le don de l’Esprit Saint. Durant les trois ans où les Douze ont accompagné Jésus, ils ne parviendront pas à dissiper les doutes. D’où la question de Jésus : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » Non ! Ils n’ont pas encore la foi. Dans le passage parallèle qui se trouve en St Matthieu, Jésus traite ses Apôtres d’hommes de peu de foi. Le terme grec est joli : Jésus ne parle pas d’hommes de peu de foi, mais, littéralement, de « mini-croyants. » Ce terme rejoint ce que disait un père de famille dont Jésus venait de guérir le fils : « Je crois, Seigneur, mais viens au secours de mon manque de foi. » (Mc 9,24)

Qui est Jésus ? Encore une fois c’est la question centrale des évangiles. Une question qui se double d’une autre : qui est Jésus pour nous ? Car il ne suffit pas d’affirmer que Jésus est le Messie pour être croyant. Pierre en a fait l’amère expérience. Il avait clamé sa foi dans la messianité de Jésus mais il refusait de penser que Jésus allait être un Messie souffrant et qu’il allait mourir. Jésus lui dit alors : « Passe derrière moi, Satan, tes pensées ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes. » (Mt 16,23)

Pour quelle mission nos cinq jeunes prêtres ont-ils été ordonnés hier ? Pour nous aider à découvrir, au cœur de notre vie, la vraie messianité de Jésus. Pour nous aider à passer sur la vraie rive, la rive de la foi. Ils ne sont pas prêtres pour administrer des paroisses, même s’ils le feront un jour ou l’autre. Ils ne sont pas prêtres pour animer des groupes, même si cela leur est déjà arrivé et leur arrivera encore. Et, même si cela doit vous heurter, je dirais qu’ils ne sont pas prêtres d’abord pour célébrer les sacrements : ils sont prêtres pour nous aider à découvrir qui est Jésus et à croire en lui. Ils le feront, évidemment, en célébrant les sacrements. Comprenons bien que les sacrements ne sont pas un but en soi. Les sacrements sont institués pour nous centrer sur Jésus, pour découvrir qui est Jésus. Si nous pensons – mais je sais que vous ne le pensez pas – si nous pensons que le but de la vie chrétienne est d’accumuler les sacrements pour nous présenter ainsi devant le Père éternel, nous serons cruellement déçus. Mieux vaudrait n’aller à la messe qu’une seule fois dans sa vie et croire au Christ de tout son cœur, que d’aller à la messe chaque jour sans croire au Christ et sans en tirer les conséquences.

Nos cinq nouveaux prêtres sont chargés de nous faire passer sur la rive de la confiance et de la foi malgré les tempêtes. Dans les évangiles, la barque de Pierre est le symbole de l’Eglise. Cette barque est malmenée par les tempêtes. Que cela ne nous inquiète pas : c’est l’état ordinaire de la vie de l’Eglise. Naviguer au milieu des tempêtes ! Tempêtes qui viennent du monde parce que le monde est instable par lui-même; tempêtes qui viennent des positions que prend l’Eglise et qui heurtent le monde ; tempêtes qui viennent de l’intérieur même de l’Eglise. Depuis sa naissance, l’Eglise traverse des tempêtes ; il est illusoire de rêver d’un temps calme. Nos sœurs et frères d’Orient le savent par expérience. C’est dans la tempête que nous devons passer sur l’autre rive. Parce que, si Jésus est dans la barque de l’Eglise, il est aussi celui qui nous attend, déjà, sur l’autre rive.

Je souhaite de tout mon cœur que ces cinq nouveaux prêtres ne deviennent jamais des routiniers de la foi, des blasés de la foi, mais que, remplis comme ils le sont aujourd’hui de l’amour pour le Christ, ils nous permettent d’affronter les tempêtes pour aborder le rivage où Jésus nous attend.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *